À propos

Gilles Gonon

Bonjour, je suis Gilles Gonon

Gilles Gonon, quadragénaire touche-à-tout et curieux de la vie sous toutes ses formes. Passionné par les sciences, avec un gros background mathématique et informatique. Je suis aussi passionné de musique que je pratique avec assiduité.

J’ai eu un parcours académique assez riche, école d’ingénieur en électronique, DEA d’acoustique et thèse en traitement du signal, et j’ai ainsi travaillé 11 ans à l’université. En parallèle je faisais à l’époque beaucoup de musique hésitant à tenter l’intermittence.

En 2003, j’ai passé 6 mois en Amérique du Sud, travaillant pour l’ONG Takiwasi, et cette expérience a changé radicalement ma vision du monde vers quelque chose d’organiquement connecté, au-delà de ce que toutes les technologies peuvent nous offrir.

En rentrant, j’ai travaillé quelques années à l’INRIA Rennes sur la reconnaissance du locuteur ainsi que sur la médiation scientifique avec la réalisation de quelques démonstrateurs présentés notamment à la cité des sciences à Paris.

J’ai ensuite posé mes valises à Acsystème durant 10 ans, un bureau d’étude qui est passé de 10 à 35 salariés. J’y ai animé l’expertise sur des projets très variés de traitements des données et d’optimisation. 10 ans au service des grands comptes pour proposer des solutions innovantes dans tous les domaines :

  • l’automobile sur les véhicules autonomes ou l’amélioration du diagnostic moteur (la fameuse valise du garagiste),
  • la construction pour le suivi de chantier par traitement d’images,
  • la maintenance prédictive pour différents constructeurs de machines,
  • la palettisation hétérogène pour la logistique,
  • l’analyse d’usure des pneus pour un constructeur français,
  • la validation sous contrainte de fabrication de tubes pour l’aéronautique,
  • la banque sur l’optimisation des calculs de fonds propres,
  • ou encore la reconnaissance de poisson à la criée de Lorient !

Fort de ce savoir-faire en informatique, je me suis alors tourné vers la formation professionnelle et participé au montage d’une grande école du numérique à Dinard. Un projet ambitieux et très humain de l’ESS, à l’Institut Marie Thérèse Solacroup. Après un an à concevoir / donner les cours et animer la formation le bilan était un peu mitigé personnellement, car l’investissement en temps ne m’a pas permis de faire marcher ma créativité. Le confinement a rajouté son lot de perturbation dans la période et le format formation professionnelle ne m’a pas plu.

Je travaille actuellement en indépendant pour développer mes projets et aider aux développements de projet locaux et pleins de sens.